L’ombrière solaire: un must pour verdir l’électromobilité ?

Ces dernières années, les carports solaires fleurissent sur l’ensemble des pays riches. Ces structures, faites le plus souvent de bois ou d’aluminium, recouvrent chaque jour de plus en plus de parkings automobiles.

Les mieux conçus d’entre eux y apportent parfois une réponse à un besoin en électromobilité : ils incluent des bornes de recharges liées directement à la production photovoltaïque.

ombrière de recharge photovoltaique auvent solaire énergie verte

ombrière de recharge photovoltaique auvent solaire énergie verte

Idéal pour répondre aux besoins RSE et aux besoins réels des usagers.

Les fabricants low-cost produisent sans tenir compte du coût humain ou des conséquences écologiques. C’est pourquoi l’on vous recommande de choisir habilement le fabriquant de votre ombrière photovoltaïque si vous l’installez dans une réelle démarche écologique.

 

Pour trouver le carport solaire qui répondra à votre besoin, il faut passer par une mise au point de ce que vous en attendez. Chaque modèle d’ombrière est spécifique, vous devez connaitre notre usage pour déterminer  :

Ses fonctionnalités:

  • Votre carport aura-t-il vocation à produire de l’énergie pour la consommer en revendant le surplus ?
  • Le surplus devra-t-il être stocké ?
  • Prévoyez-vous d’y intégrer des bornes de recharge pour voitures électriques, comme nativement sur les auvents Rossini Energy?

 

Sa mise en place:

  • Sur quel aménagement initial souhaitez-vous installer l’ombrière photovoltaïque ? Parking, graviers, etc.
  • Combien de places sont à couvrir et combien de bornes sont à prévoir ? Le Tosso Rossini Energy n’est pas produit à la chaîne : on peut l’adapter à son besoin.
  • Son impact écologique: Un carport fait de bois n’aura pas le même impact écologique qu’un carport fait d’aluminium de première extraction, ou qu’un carport en aluminium recyclé.

 

Le recyclage des cellules photovoltaïques : vraiment propre ?

Face aux controverses, la question mérite d’être posée.

Un panneau photovoltaïque, dans l’état actuel de nos connaissances, est recyclable à 94,7%. Le silicium, responsable de la mauvaise presse autour du photovoltaïque, est recyclable également. Les controverses autour de l’énergie photovoltaïque viennent de ce matériau difficile à extraire avec un coût humain, écologique et économique important.

Pour autant, le silicium extrait ne l’est pas en vain : il est recyclable à l’infini, et produira de l’énergie continuellement de sa première mise en panneau à son dernier cycle. Son nombre de cycle de recyclage n’est pas délimité : dans les mains de propriétaires soigneux qui le recycleront correctement, le silicium ne connaitra pas de fin.

 Extraction petrole silicium

Le silicium

Le silicium précédemment évoqué comme matériau sujet à controverse, est en fait recyclable pour fabriquer de nouvelles cellules photovoltaïques, sans perte d’efficacité. Cela lui confère une durée de vie potentiellement infinie dans l’écosystème de la production solaire. Si le silicium quitte le cycle infini de la production solaire, il sera utilisé dans des équipements électroniques (voitures électriques, smartphones, gadgets, etc.) eux aussi destinées à être recyclés. Le silicium est renouvelable : il est présent dans le sable, et dans des quantités égales à celles de l’oxygène.

 

Le verre

Parmi les autres matériaux utilisés dans un panneau photovoltaïque, on retrouve le verre, capable d’être refondu et donc recyclé à l’infini. Il représente la majeur partie du poids d’un panneau photovoltaïque.

Le verre est trié selon sa couleur, puis fondu à l’état de calcin, lequel peut être réutilisé sans perte en qualité au fil des réutilisation. Le recyclage du verre en France est optimal, durable. Dans les faits, l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) estime que plus de 75% du verre vendu en France est recyclé en France. Ce chiffre monte à +90% pour le verre issu de la production de panneaux photovoltaïques, aux utilisateurs de continuer dans cette lancée !

 

Le cadre en aluminium

Trois quart du métal produit entre 1880 et aujourd’hui est encore en utilisation, soit grâce à sa longévité, soit grâce à son recyclage aujourd’hui effectif dans plus de 95% des cas. C’est une bonne nouvelle lorsque l’on sait qu’en utilisant la même quantité d’énergie, on peut soit extraire 1kg d’aluminium, soit en recycler une vingtaine !

Le panneau photovoltaïque à un cadre en aluminium. Ce cadre en aluminium est complètement recyclable à l’infini, sans perte de qualité, tout comme le verre. Il en va de même pour la faible quantité de plastique l’enrobant.

Le recyclage de l’aluminium est réglementé par les normes ISO 14040 et 14044 qui régissent les règles des cycles de vie de l’aluminium avec un vision long-termiste.

 

Le cuivre et l’argent

Le cuivre et l’argent sont utilisés pour rendre conductrices d’énergie les cellules photovoltaïques. Le cuivre et l’argent permettent de récupérer l’énergie des cellules photovoltaïques et les renvoyer sur le circuit.

Le cuivre et l’argent sont également totalement recyclables sans fin. Ces matériaux, généralement chers, sont quasiment toujours recyclés et très rarement laissés-pour-compte.

 

Le bois de la structure

Le bois utilisé pour soutenir notre structure est 100% organique, coupé dans des forêts françaises gérées durablement (certification PEFC).

Il s’agit de bois de Douglas sélectionné pour ses propriétés antifongiques, et sa résistance à l’eau de pluie et au vandalisme. S’il est un minimum entretenu au dégriseur ou au saturateur, il ne grisera pas au fil des pluies.

 

Récupérer l’énergie offerte par le soleil

En récupérant l’énergie solaire pour vos consommations domestiques d’électricité, ou pour alimenter votre véhicule électrique, vous ne polluez pas. La pollution liée à l’extraction des matériaux est ensuite compensée par leur production, laquelle peut durer une quinzaine d’années lorsque ceux-ci sont entretenus, c’est-à-dire lavés lorsque nécessaires.

Passé cette quinzaine d’années de durée de vie estimée, qui peut être amplement dépassée, 94,6% du panneau pourra être recyclé pour une infinité d’autres vies.

 

 

La structure en bois de Douglas du carport vaut-elle mieux qu’une structure en aluminium ?

Face aux carports photovoltaïques à la structure en bois, deux visions s’opposent :

  • Certains y voient un matériau renouvelable
  • D’autres y voient l’abattage d’un arbre

 

Les avantages d’une structure en bois

La structure en bois offre un rendu esthétique très naturel, écologique. L’ombrière en bois est idéale pour les entreprises soucieuses de leur image face à leurs clients, ou pour les particuliers soucieux d’une intégration naturelle réussie dans leur patrimoine.

Les avantages d’une structure en aluminium

La structure en aluminium ne demande pas d’entretien particulier et peut supporter des produits de nettoyage agressif en cas de vandalisme.